Assurance auto : tout savoir sur les malus

L’assurance auto est capitale lorsque l’on détient un engin automobile. Elle couvre les éventuels dommages que l’on peut causer à autrui. Mais en matière d’assurance automobile, il y a le principe bonus-malus qu’il est important de prendre en compte. C’est en effet un principe établi par la plupart des assureurs et qui récompense ou sanctionne les assurés selon leurs divers comportements au volant. Comprendre le fonctionnement des malus vous permet de les éviter. Vous serez aussi en mesure de faire grimper votre côte de bonus.

A lire aussi : Assurance auto jeune conducteur : comment bien choisir son contrat ?

Les malus d’une assurance auto : comment fonctionnent-ils ?

Les malus en assurance auto sont un baromètre annuel mis en place par les assureurs pour sanctionner les mauvais comportements au volant. Les entreprises d’assurance tiennent en effet compte des sinistres et des accidents que vous avez déclarés au cours de l’année. Ainsi lorsque vous n’êtes pas un bon conducteur, vous vous faites sanctionner par votre assureur ; cela peut constituer une sorte de motivation pour redresser la barre.

Le fonctionnement des malus est très simple à comprendre. Votre assureur procède tout simplement à la réduction de votre prime d’assurance auto. Cette réduction de la prime se fait sur la base des accidents dont vous avez été responsable au cours des 12 derniers mois. Ainsi, lorsque vous ne causez pas de dommage à autrui, vous ne subissez pas de malus. Lorsque vous en causez, vous remarquerez une hausse de vos cotisations.

A voir aussi : Comment trouver une assurance moins cher ?

Comment calculer les malus de votre assurance auto ?

Lorsque vous souscrivez à une assurance auto, vous obtenez automatiquement un coefficient de 1 comme prime d’assurance auto. Si vous n’avez pas eu d’accident responsable au cours de l’année, votre assureur vous accorde une réduction de 5 % sur votre coefficient. Lorsque vous avez eu un accident responsable, l’assureur peut procéder à une majoration de 25 % de votre coefficient. Pour un accident dont vous êtes partiellement responsable, l’assureur va majorer votre coefficient de 12.5 %.

Éviter les malus : comment faire ?

Il est possible d’éviter les malus. Pour cela, la première des choses à faire est d’adopter un bon comportement sur les routes afin d’éviter les accidents ou sinistres le plus possible. Avec une bonne vigilance, vous pourrez y arriver. Il faudra ensuite éviter de déclarer les accidents ou sinistres qui n’ont causé que des dommages limités. En effet, il faut préciser que les assureurs ne tiennent pas compte de la gravité des sinistres ; ils comptabilisent tous les accidents responsables, quelle que soit leur gravité. Pour éviter les malus, vous pouvez ainsi prendre en charge le règlement des sinistres de faible ampleur. Vous serez ainsi heureux d’éviter une réduction de 5 % sur votre coefficient. Un règlement à l’amiable avec le tiers impliqué sera toujours une meilleure option dans ce cas.

Assurez-vous aussi d’éviter de prêter voiture à des proches peu expérimentés en conduite. En effet, en cas d’accidents responsables avec la voiture, même si vous n’étiez pas au volant, vous vous verrez affliger de malus. Certains assureurs pourront aisément résilier vote contrat d’assurance.

Les conséquences d’un malus sur le coût de votre assurance auto

Les conséquences d’un malus sur le coût de votre assurance auto sont considérables. En effet, un malus se traduit par une augmentation importante du montant des cotisations et des franchises. Plus votre coefficient est élevé, plus vous paierez cher pour couvrir les risques encourus par vos sinistres antérieurs. Vous pouvez ainsi constater des augmentations de 50 % ou même 100 % selon les cas.

Le malus entraîne aussi la réduction voire la suppression de certaines garanties, comme l’assistance en cas de panne, de vol, et d’incendie, par exemple. Il faut ajouter que certains assureurs peuvent tout simplement refuser d’assurer certains conducteurs ayant atteint un coefficient maximum.

Pensez aussi à bien toujours veiller à votre comportement au volant afin d’être épargné autant que possible, même si cela ne garantit pas une soustraction absolue. Les avantages liés aux coefficients bonus-malus sont considérables, car ils permettent ainsi une réduction significative du montant des cotisations pour ceux qui ont adopté un bon comportement. Il faut ainsi être toujours vigilant et tenir compte des conséquences d’un coefficient défavorable avant d’adopter un comportement à risque sur les routes.

N’hésitez pas à comparer les offres de différentes compagnies d’assurance pour bénéficier des meilleurs tarifs en fonction de votre situation. Ceci peut vous aider à éviter une situation désagréable liée aux malus.

Les erreurs à éviter pour ne pas se retrouver avec un malus sur son contrat d’assurance auto

Pensez à toujours signaler rapidement tout incident impliquant votre voiture afin de limiter les perturbations potentielles sur votre coefficient. De même, il faut aussi faire attention aux dommages causés lors d’accidents responsables : ne pas sous-estimer leur gravité pour éviter une mauvaise surprise par la suite. Soyez vigilant quant au choix du modèle et des caractéristiques techniques de la voiture que vous comptez acquérir. Certaines automobiles peuvent être considérées comme plus risquées que d’autres par certains assureurs (voitures sportives ou hautes performances). Par conséquent, elles sont susceptibles d’être soumises à des tarifs particulièrement élevés voire inabordables pour certains conducteurs. En définitive, obtenir une bonne assurance automobile passe avant tout par une attitude responsable au volant ainsi qu’une gestion optimale en cas de sinistre. Soyez vigilant quant aux erreurs à éviter pour ne pas subir de malus et choisissez un contrat adapté à vos besoins.

Comment contester un malus sur son contrat d’assurance auto ?

Si vous êtes confronté à une augmentation de votre prime d’assurance automobile, sachez qu’il est possible de contester un malus. Voici quelques astuces pour y parvenir :

Pour commencer, il faut respecter les délais imposés pour la contestation du malus. En règle générale, vous avez 15 jours après réception du courrier vous informant de l’application d’un malus pour en demander la suppression auprès de votre assureur.

Afin d’appuyer votre demande et renforcer vos arguments, n’hésitez pas à rassembler toutes les preuves qui peuvent étayer le fait que l’accident responsable ne relève pas entièrement de votre responsabilité : photos, témoignages ou encore constat amiable sont autant d’éléments qui peuvent jouer en votre faveur.

Dans le cas où il serait impossible de trouver un terrain d’entente avec votre assureur et obtenir gain de cause dans la contestation du malus sur son contrat d’assurance auto, vous pouvez alors avoir recours aux services d’un médiateur. Celui-ci aura pour mission objective et impartiale de régler le litige entre les deux parties concernées.

Si cela ne suffit pas, il est aussi possible de saisir la justice via une procédure judiciaire adaptée selon le montant du litige : juridiction des petites créances (pour des montants inférieurs à 5 000 euros) ou tribunal de grande instance. Dans ce dernier cas, l’intervention d’un avocat compétent peut s’avérer particulièrement utile.

Au-delà du recours possible à la justice en cas de litige avec son assureur, il faut se renseigner sur les offres concurrentielles proposées par les autres compagnies d’assurance automobile pour trouver un contrat plus adapté à sa situation et éventuellement changer d’assureur si nécessaire.

Contester un malus sur son contrat d’assurance auto peut être fastidieux mais pas impossible. Il faut rester vigilant quant aux délais imposés et aux documents nécessaires pour renforcer ses arguments. En cas de difficulté persistante, n’hésitez pas à faire appel au médiateur ou saisir la justice via une procédure correspondant au montant en jeu.

*Un intervenant impartial signifie que celui-ci agit sans prendre parti dans le conflit en cours afin de garantir une décision juste et équitable vis-à-vis des deux parties concernées.

Les alternatives à l’assurance auto classique pour éviter les malus

Si vous cherchez des alternatives pour éviter les malus sur votre contrat d’assurance auto, sachez qu’il existe plusieurs solutions.

Une première option à considérer est l’assurance automobile au kilomètre. Cette formule, aussi appelée assurance « pay as you drive », consiste à ne payer que le nombre de kilomètres parcourus chaque mois. Elle peut être particulièrement avantageuse pour les conducteurs qui roulent peu et réduire ainsi leur facture d’assurance.

Cette solution peut permettre d’améliorer sa conduite grâce aux outils de suivi proposés par certains assureurs. Effectivement, ceux-ci offrent la possibilité de suivre sa consommation en temps réel et peuvent envoyer des alertes telles que le détail du trajet effectué ou encore un bilan annuel pour aider leurs clients à mieux appréhender leur façon de conduire.

L’autopartage est une autre alternative intéressante pour éviter les malus sur son contrat d’assurance auto. Le principe est simple : plusieurs personnes utilisent une même voiture pendant une période déterminée (quelques heures ou quelques jours). Les coûts sont alors partagés entre tous les usagers selon un tarif préétabli en fonction du temps passé et/ou du nombre de kilomètres parcourus.

Cette solution présente deux avantages majeurs : elle permet tout d’abord de faire des économies substantielles sur ses frais automobiles puisque chacun paie une part équitable des frais d’assurance, de carburant et d’entretien. Elle offre aussi la possibilité de réduire son empreinte écologique grâce à l’utilisation partagée d’une voiture.

Il est possible de se tourner vers l’auto-assurance. Dans ce cas-là, vous assurez vous-même votre véhicule ou bien convainquez un ami ou un parent sans sinistre responsable depuis plusieurs années pour le faire. Cela peut paraître risqué mais cela peut être une solution rentable si on prend en compte les primes excessives liées aux malus.

Toutefois, cette option implique que toutes les responsabilités juridiques découlant des dommages causés par votre véhicule seront entièrement assumées par vous-même. Si vous êtes impliqué dans un accident dont vous êtes responsable et que le coût total des dommages dépasse vos capacités financières à couvrir ces derniers, cela pourrait mettre en péril votre stabilité financière.

Si vous cherchez des alternatives pour éviter les malus sur votre contrat d’assurance auto, sachez qu’il est aujourd’hui possible de souscrire une assurance automobile au kilomètre ou encore opter pour l’autopartage ou l’auto-assurance. Ces solutions offrent non seulement la possibilité de réaliser des économies substantielles mais permettent aussi de contribuer activement à la préservation environnementale tout en bénéficiant du confort offert par un moyen de transport individuel.

Afficher Masquer le sommaire