L’assurance au kilomètre est-elle une bonne solution pour les petits rouleurs ?

Étudiants, personnes âgées ou citadins, vous êtes désormais nombreux à utiliser votre véhicule le moins possible. De multiples évolutions permettent de délaisser la voiture. Le développement du covoiturage et des transports en commun en est un parfait exemple. On recense aussi l’émergence des engins électriques dédiés aux déplacements. Il n’est donc pas rare de rouler moins de 10 000 km, voire 5 000 km par an avec une voiture. Dans ce contexte, comment cette donnée influe-t-elle sur les offres de contrats d’assurance auto ? Gros plan sur l’assurance au kilomètre et ses alternatives.

Le fonctionnement de l’assurance auto au kilomètre

Dans le but d’ajuster au mieux la prime d’assurance à chaque conducteur, certaines compagnies proposent l’assurance auto au kilomètre. Concrètement, votre cotisation varie selon le nombre de kilomètres que vous avez parcourus dans l’année. Vous pouvez trouver deux possibilités en fonction des assureurs :

A lire en complément : Quels sont les facteurs les plus importants pour les tarifs d'assurance auto ?

  •     un fonctionnement par tranches kilométriques ;
  •     un forfait mensuel avec un relevé annuel, pour un tarif réellement au kilomètre.

Le premier cas reste le plus fréquent, mais aussi le plus simple. Il ne nécessite pas de vérification fastidieuse. Vous pouvez notamment trouver ce type d’assurance auto pas chère à la Matmut. En effet, choisir une tranche kilométrique confère une réduction non négligeable de votre cotisation annuelle.

Bien sûr, si vous roulez peu et que votre véhicule est relativement ancien, vous pouvez opter pour une formule tiers, en plus d’une tranche kilométrique.

A découvrir également : Groupama assurance auto tous risques : des services personnalisés pour chaque conducteur

Les avantages de l’assurance au kilomètre

L’assurance au kilomètre devient de plus en plus populaire. Pour les consommateurs d’assurance auto, obtenir un tarif juste et adapté à leur usage est une priorité lors de la souscription. Ainsi, chaque particularité de leur conduite peut se refléter dans leur contrat d’assurance. Un client façonne alors ses garanties et ne paye que pour ce dont il a besoin. Cela facilite les échanges avec la compagnie d’assurance et la compréhension de la cotisation, mensuelle ou annuelle.

Les économies offertes aux conducteurs occasionnels sont significatives selon les formules. Elles leur permettent de financer un abonnement de bus ou une trottinette électrique, par exemple. Pour les clients, cette différence se perçoit comme une récompense ou une reconnaissance du faible risque qu’ils représentent.

Les détenteurs d’assurance auto au kilomètre limitent naturellement leurs déplacements. De manière intentionnelle ou non, ils adoptent une conduite plus responsable et prudente. Ces conducteurs ne relâchent pas leur vigilance, car ils n’arpentent pas les routes à longueur de temps.

Les inconvénients de ce mode de calcul

Pour le fonctionnement avec un forfait kilométrique (mensuel ou annuel), certaines compagnies d’assurance auto imposent des outils de contrôle. Vous pouvez alors rencontrer la pose de boîtiers visant à collecter les informations de déplacement des usagers. Certains sont dotés d’un dispositif GPS, et transmettent donc des données de localisation. Cette particularité soulève la question de la protection des données personnelles. Comment sont-elles utilisées ? Ces informations sont-elles préservées ? Et combien de temps sont-elles stockées ? Si vous êtes concerné par ce fonctionnement, parlez-en avec votre assureur.

La simple estimation, qui reste à ce jour le mode de calcul le plus répandu, présente le risque de pouvoir être incorrecte. Bien sûr, l’erreur peut être intentionnelle. Si le conducteur annonce une fourchette kilométrique bien inférieure à ses habitudes, l’assurance applique malgré tout la remise correspondante. Toutefois, en cas de sinistre, la compagnie peut s’apercevoir que cette déclaration est erronée. Le règlement du sinistre est alors revu à la baisse. À l’inverse, une surestimation ne rend pas service au client non plus. Il se voit facturé pour des kilomètres qu’il ne parcourt pas, et ne réalise pas les économies auxquelles il peut prétendre.

Les alternatives à l’assurance au kilomètre

Avant de choisir l’assurance au kilomètre, vérifiez l’écart de prix avec une formule traditionnelle, sans limite. Dans le cas où cet écart s’avère faible et que vous hésitez, restez sur un mode de tarif classique. Vous vous épargnez les mauvaises surprises, mais aussi de penser à contacter l’assurance quand vous dépassez la tranche kilométrique.

Si vous utilisez une voiture seulement quelques jours par an, renseignez-vous sur des offres de location. Dans le même esprit, il existe aussi la solution des véhicules partagés. Des réseaux spécialisés vous proposent ce service, notamment dans les grandes villes.

L’assurance auto au kilomètre reste un avantage intéressant pour les petits rouleurs. Veillez à transmettre une bonne estimation à votre compagnie d’assurance. Vérifiez en cours d’année si cette donnée est toujours cohérente.

Afficher Masquer le sommaire